1970

  • ...

    0806020636243520603

     

    revivre à livre ouvert, l’envers de ses chagrins…

    effacer les vapeurs d’un geste de la main…

    pour découvrir une âme que les marées embrassent…

    et vivre plus fort…

    renaître de ses douleurs, n’en garder que la trace…

    pour avancer encore…

     

    revivre pour bâtir une nouvelle étoile.

     

    revivre à l’aube naissante ces étranges passions…

    au cœur des joies meurtries rêvant à l’unission…

    et laisser en arrière les doutes et les remords…

    mots inconnus…

    ces châtiments, ces peines comme une ombre de mort…

    l’espoir n’est pas perdu…

     

    revivre pour bâtir une nouvelle étoile.

    revivre et s’avouer ce tout prochain voyage.

     

    renaître de ce tunnel enroulé de pénombres…

    enveloppé de larmes comme torrent trop sobre…

    revivre et vivre encore, Ö espoirs écarlates…

    enfin retrouvés…

    le sang emporte au cœur d’enivrantes cascades…

    ces pluies que j’ignorais…

     

    revivre et s’avouer ce tout prochain voyage.

    revivre encore un jour, juste pour dire que je vis.

    (auteur inconnu)

     

  • ...

    080922043323559555

     

    si ton rêve prend fin, un autre te délivre…

    ravivant ton ciel gris de ses ailes de feu…

    les lignes de ta main t’apprendront à poursuivre…

    tracés par le destin, des chemins délicieux…

     

    aux pans de son manteau que l’abîme constelle…

    la nuit accroche aussi les étoiles de tes yeux…

    et dans ton ciel nocturne ? tes rêves s’amoncellent…

    faisant pousser encore tout un jardin précieux…

     

    les espoirs meurent aussi pour que d’autres se lèvent…

    il faut faire sans regret un bouquet frémissant…

    et pourvoir une à une cueillir ces fleurs de rêves…

    leur parfum chassera les troubles florissants…

     

    garde toujours en toi un rêve en son sommeil…

    un infini aimé mais encore méconnu…

    demain il faudra vivre car nul jour n’est pareil…

    mais il est chaque route où tu n’es pas venue…

     

    tu voyages sans cesse, des rêves en ivresses…

    et dans ton long périple, je te croise parfois…

    si la glace te mord ou le soleil t’agresse…

    je serai n’importe où mais toujours avec toi...

    mon amie… (texte qu'on m'a envoyé)